L’expérience utilisateur, le sésame des chatbots pédagogiques

Maintenant que la vague est passée, nous avons suffisamment de données pour affirmer que

les chatbots pédagogiques sont un outil efficace pour assurer la continuité !


Seulement pour cela il faut suivre quelques étapes! L’urgence de la situation nous a contraint à faire des concessions sur certains points. Le premier : la compréhension du langage naturel (NLU) et plus globalement sur le traitement de la langue naturelle en intelligence artificielle !

Par contre nous avons appliqué notre recette méthodologique UX à la lettre et même plus ! 😊 Il était impossible de faire des compromis sur l’expérience utilisateur.

1 – Comprendre le besoin

Comment intéresser des enfants à des cours d’arts plastiques en cette période de confinement ? Quels sont les outils à disposition de tous et notamment des enfants ? Quel dispositif facile à prendre en main pour les apprenants et les enseignants ? Le chatbot pédagogique est-il la meilleure réponse ?

✅ Comprendre le secteur

En tant qu’ancienne prof d’arts plastiques, je connais les difficultés de l’enseignement de la matière. Beaucoup de profs ont eu recours aux livres pendant le confinement…. Mais cela n’existe pas en arts ! Nous produisons l’intégralité de nos supports et de nos cours. Cela n’est pas gênant car la théorie arrive après la pratique !


Comment demander à des élèves de produire en temps de confinement ? Beaucoup de nos élèves n’ont pas de matériel en dehors de la salle d’art. Il faut donc trouver un autre moyen de garder le contact !
C’est ici que l’histoire des arts prend le relais !! La plupart d’entre nous savons à quel point il est difficile d’intéresser un collégien ou autre à ce qui se passe dans les musées ! C’est encore plus vrai lorsqu’il est enfermé chez lui, qu’il se sent sur-sollicité et a perdu ses repères.
Notre premier réflexe à été de tester les galeries et musées en ligne . Google a réalisé un travail formidable, mais la prise en main n’est pas évidente. Comment savoir quoi regarder… Qui va guider les élèves et comment ?

C’est à ce moment là que nous avons validé le développement d’un bot pédagogique ! Sa mission serait de guider les élèves dans la découverte d’une notion ou d’une oeuvre.

✅ Analyse de la situation actuelle

Nous avons mis au point pendant le confinement LISA qui nous permet d’avoir un aperçu du ressenti des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Notre objectif était d’anticiper les changements d’usage liés au confinement. Pour en savoir plus sur la démarche vous pouvez consulter notre article : 5 Changements Révélés Par Le Confinement !

Dans le cas de la continuité pédagogique nous avons relevé les points de friction suivants :

  • manque de moyens et formation du côté des enseignants
  • hétérogénéité des moyens du côté des élèves
  • hétérogénéité des niveaux
  • décrochage des élèves en difficulté et les moins scolaires

Mail d’une élève : « Monsieur je n’ai plus Internet et on partage mon ordinateur en famille »

Vs Mail d’un collègue :

« Il faut maintenir les examens à l’identique sinon la formation ne vaut plus rien »,

Twitter jour 5 du confinement

✅ Cadrer le projet

Mon expérience en tant que plasticienne / cinéaste m’a poussé à toujours avoir un cadre de référence dans lequel je vais pouvoir construire mon projet. Certains diront qu’il s’agit de contraintes, pour ma part ce sont des tuteurs !
Nous avions donc établi un dogme pour nos chatbots pédagogiques:

  • RESPONSIF : Pouvoir être utilisé sur tous les appareils existants avec des images lisibles
  • INTERACTIF : Permettre aux élèves d’être acteurs de leur formation
  • SIMPLE : Déploiement par les profs rapide et efficace
  • ERGONOMIQUE : Parcours pouvant convenir à plusieurs typologies d’élèves et rewarding possible à l’aide d’un QCM
  • DON’T PLAY with RGPD 😎

Ces guidelines ont été respectées tout au long de la création que ce soit celle de l’apparence de l’interface ( images, couleurs et polices,…) ou de la rédaction ( tonalité, longueur des textes,…)

2 – Construire le contenu des chatbots pédagogiques

C’était la partie à la fois la plus stressante et la plus amusante !

  • Stressante car il fallait être attractif rapidement et ne pas reproduire ce qui existe déjà sur une oeuvre comme la Joconde !
  • Amusante car j’adore construire des cours et réfléchir aux problématiques pédagogiques !

Nous avions des exigences pédagogiques portant sur différents contenus :

Mona Lisa Bubble Gum
  • de culture générale
  • de véracité des informations
  • de définition des mouvements évoqués
  • de validation des connaissances acquises par les élèves

Mr D est un chatbot qui partage les « Gossip de la Joconde »
Son objectif est de permettre aux élèves de collège de découvrir la Joconde au travers d’anecdotes ou de croyances souvent évoquées en classe, dans les musées ou sur internet.

Archibot aide à comprendre l’architecture à travers le cinéma 🎥
Son objectif est de permettre aux élèves de collège de découvrir l’architecture à travers la manière dont le cinéma détourne les monuments pour créer une ambiance !

3 – Tester le prototype

Nous avons procédé à plusieurs tests utilisateurs ( et remercions nos amis et leurs enfants de s’être prêtés au jeu !).
Nous avons ensuite lancé un test sur une classe de cinquième, puis la semaine d’après un niveau complet.
Le plus problématique a été… l’hébergement sur les solutions des écoles de quizz ! Nous avons donc remplacé ce système par un Google Form. Apparemment beaucoup d’élèves n’arrivaient pas à prendre en main leur plateforme de suivi ! J’avoue les comprendre – mais c’est un autre débat ! Nous livrons nos bots pédagogiques avec un mode d’emploi en une slide de 3 étapes. Les retours montrent qu’il n’a pas été utilisé par les enseignants ou les élèves. Pour nous c’était une sécurité supplémentaire pour rassurer les profs.

chatbots pédagogiques retours

Les indicateurs montrent que les professeurs ont été mis à rude épreuve par la continuité pédagogique. Donc nos bots pédagogiques doivent permettre de libérer de la charge mentale et apporter une réponse simple et efficace.

4 – Déployer et attendre les retours

Les retours ayant été positifs des deux côtés ! Et ayant validé les éléments importants pour nous comme l’apprentissage des notions : architecture, sfumato, muséabilité. Nous avons demandé le soutien d’IBM et de la scale zone afin de pouvoir réaliser un déploiement plus important. À l’échelle nationale dans un premier temps, puis internationale par la suite. De plus les AEFE ont été demandeuses de not BOTs pour une utilisation autre que les arts plastiques à savoir la culture générale. Cela montre que nos bots pédagogiques ont ainsi dépassé le cadre arts plastiques que nous avions imaginé.

Nous avons proposé une réelle alternative digitale et non un remplacement à l’enseignement classique qui demande encore plus de préparation. Grâce au padlet, mail,… nos chatbots ont pu être mis en place en quelques jours. Enfin nous avons adapté la Joconde et Archibot afin de pouvoir interagir avec les élèves quelque soit leur académie, équipement technologique et niveau.

chatbots pédagogiques data
Nous avons suivi nos KPIs

Construisons des chatbots pédagogiques !

La continuité pédagogique pendant la crise COVID nous a permis de challenger notre méthodo. Egalement de faire un crash test qui nous a permis d’avoir des retours rapides par des utilisateurs exigeants. Nous sommes ravis d’avoir fait un compromis sur l’IA pour pouvoir sortir rapidement nos bots. Ainsi, nous avons travaillé uniquement la recherche utilisateur, développé notre algorithme et l’expérience utilisateur.

Même si nous étions extrêmement anxieux à l’idée de sortir un chatbot pédagogique sans intelligence artificielle poussée. Pourtant, le besoin ne se trouvait pas dans une IA qui aurait été construite trop rapidement. D’une part nous n’avons pas de base de données regroupant les merveilles d’écritures dont sont capables les élèves 😂😂. D’autre part nous aurions pu rencontrer des problématiques d’affichage sur mobile. Enfin, ne pas maitriser le parcours utilisateur sur ce type de produit dans un contexte déjà anxiogène était un risque que nous ne voulions pas courir.

Ainsi nous avons atteint notre objectif : apporter une solution efficace aux élèves et enseignants et permettant d’avoir un apport pédagogique. Par contre nous aimerions pouvoir aller plus loin…Les enseignants nous ont notamment proposé d’ajouter une brique SVT à Archibot. Bientôt avec l’arrivée de notre studio nous pourrons faire des recommandations…. Nous sommes heureux d’avoir accompagné autant d’élèves sur une période si courte avec nos chatbots pédagogiques !

Merci à David Tapissier pour son article « Deux Lyonnais proposent aux enfants un outil ludique pour apprendre à la maison »

Merci à Eric d’IBM pour nous avoir accompagnés lors des phases de test des chatbots pédagogiques.

Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux ou à nous laisser un mail !